Afrique du Sud: la pub « fish&chips » avec Zuma qui ne passe pas

L'Auteur

Sabine Cessou


Topics

Une publicité relativement innocente, visible sur Youtube, montre sous forme de dessin animé la famille (nombreuse) du président Jacob Zuma à Nkandla, autour d’un banal fish&chips pas trop cher. Elle est censurée par la South African Broadcasting Corporation (SABC). «Un plat à 25 rands, même Pravin l’approuverait», entend-on dire le président, qui parle de son ministre des Finances…

Seul problème: intitulée «L’heure du dîner à Nkandla», la pub fait trop directement allusion au village présidentiel, où la construction d’une luxueuse résidence familiale pour Zuma, aux frais du contribuable, fait scandale. Un repas à 25 rands (2,50 euros) à Nkandla, ça sent aussi la retraite politique anticipée chez un Zuma fauché… Ce qui risque de déplaire fortement en haut lieu, à quelques jours d’une conférence importante du Congrès national africain (ANC), qui va s’ouvrir le 16 décembre à Bloemfontein, et qui  pourrait voir le président Zuma très fortement contesté.

La publicité n’a pas été interdite, ni contestée en justice. Elle est simplement refusée par les chaînes de télévision publique contrôlées par la SABC. Un média d’Etat connu pour être inféodé au pouvoir, au point de tenir une «liste noire» de commentateurs politiques à ne pas inviter.

Excellent coup, en tout cas, pour l’annonceur, la société Fish&Chips Company, dont la vidéo est visionnée à tour de bras par les internautes sud-africains, curieux de savoir ce qui déplaît tant à la SABC. Un accent de Sud-Africain noir un peu trop insistant? Une raillerie de trop? L’industrie publicitaire sud-africaine, réputée à l’international pour sa créativité, a l’habitude de tourner les politiques en dérision.

Julius Malema en a déjà fait les frais, dans un spot pour la chaîne de fast-food Nando’s, avant les élections de 2009, qui tournait autour d’un jeu de mot sur l’expression «change» (« changement », mais aussi « monnaie » en anglais). Les avocats de Malema l’avaient combattu en justice, mais Nando’s n’avait pas lâché prise, sortant après le procès une nouvelle version de la publicité, où le visage de Malema était brouillé.

Nando’s s’est aussi attaqué à la figure de Robert Mugabe, le président du Zimbabwe, montré en train de jouer au pistolet à eau avec Kadhafi dans une publicité qui avait fait un tel  tollé que l’annonceur l’a finalement retirée.  Dernière drôlerie en date: une satire signée par le caricaturiste Zapiro d’une publicité un peu lyrique pour les Impôts, et qui montre les prouesses d’un Julius Malema «très prêt à appuyer sur le bouton effacer»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>