Tintin au Congo: le Cran demande une explication de texte

L'Auteur

Sabine Cessou


Topics

Tintin au Congo ne sera pas interdit par la justice belge – en tout cas pas pour l’instant, un tribunal ayant rejeté le 10 février, en première instance, la plainte d’un Congolais qui va faire appel. En attendant, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), en France, ne lâche pas l’affaire.

Son président, Louis-Georges Tin, a annoncé qu’il rencontrerait fin février le directeur général des éditions Casterman. L’objectif:  discuter de la possibilité d’une préface à l’édition française de Tintin au Congo, une bande dessinée contestée depuis longtemps pour ses connotations racistes.

«Chaque année, des milliers, des dizaines de milliers d’enfants sont intoxiqués par les représentations odieuses» de cette oeuvre, explique le Cran. Les associations noires de France plaident pour l’ajout d’une préface, de manière à expliquer le contexte colonial de l’époque et à «déconstruire les représentations à l’oeuvre», comme c’est le cas pour l’édition anglaise du même album.

Selon l’avocat des éditions Casterman, la bande dessinée de Hergé, parue en 1920 puis rééditée en 1946, est indissociable de son époque. «Que l’on comprenne le contexte, c’est justement ce que nous demandons, explique Louis-Georges Tin à Slate Afrique. Je ne suis pas certain qu’un enfant de 7 ou 8 ans comprenne le contexte de Tintin au Congo. Cette bande dessinée gratinée est à la fois beaucoup plus raciste que bien d’autres textes et l’un des albums de Tintin les plus vendus». Et de poser la question: «En France, le racisme est-il plus acceptable qu’en Grande-Bretagne, où l’opinion publique exerce un rapport de force différent?»

Le Cran dénonce par ailleurs l’argumentation «absurde» des juges belges pour rejeter en première instance la plainte visant Tintin au Congo: «Que Hergé ait eu une «intention» discriminatoire n’est pas la question. Qu’il ait un effet raciste, voilà le problème. Par ailleurs, l’argument du contexte paraît tout à fait inquiétant. Désormais, à partir de ce jugement, n’importe qui pourra affirmer qu’il n’est pas raciste, antisémite, sexiste ou homophobe, en se cachant derrière le petit doigt de son «contexte».»

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

3 réactions

  1. Amadou
    Le 17 février 2012 à 17 h 52 min

    C’est vrai Tintin Au Congo devrait etre censurer! C’est un texte raciste qui montre les noirs qu’ils parlent « petit nègre » et qu’ils sont fainéants etc. Bref tout les clichés de raciste l’époque colonial!

  2. Bwana Pascompris
    Le 5 mars 2012 à 21 h 09 min

    Soldat francais pas bien expliqué que fusil fait boum-boum…

  3. Bamboela
    Le 6 mars 2012 à 18 h 54 min

    Tintin nest pas raciste. Si aujourdhui il etait au Congo, il devrait se battre avec des violeurs sauvages.