Egypte: Morsi fait de la résistance

L'Auteur

naderabouazza


Topics

On le présentait comme un président fantoche, sans réel pouvoir ou sous tutelle. Mohammed Morsi montre qu’il n’est pas prêt à endosser ce rôle secondaire sur la scène politique égyptienne. Il a donc décider de défier la Haute cour constitutionnelle (HCC), l’instance juridique la plus haute d’Egypte. Rappel des faits.

capture d’écran dessin par Muna Abdurrahman Fine Art

48 heures avant le second tour de l’élection présidentielle les 16 et 17 juin, la Haute cour avait déclaré illégitime un tiers des sièges de l’ Assemblée du peuple. Une décision qui avait alors ouvert la voie à la dissolution totale de la chambre basse du parlement dominée par les islamistes. Le 8 juillet dernier, le nouveau président en fonction va à l’encontre de cette décision par décret et appelle les députés à venir siéger le 10 juillet 2012. La séance présidée par Saad al-Katatni, président du Parlement, tout juste rétabli dans ses fonctions, n’aura duré qu’une dizaine de minutes.

« La justice attaquée dans son intégralité »

L’occasion pour le président de l’Assemblée de défendre à nouveau le décret de Mohammed Morsi qui ne représenterait aucune violation de la décision de la Haute cour constitutionnelle. Pourtant dans la soirée du 10 juillet, cette même cour décide d’annuler le décret de Morsi. Pour elle, le président islamiste avait agi illégalement en convoquant l’assemblée.

Un avis partagé par Tewfik Aclimendos, chercheur au Collège de France et spécialiste de l’armée égyptienne:

« Morsi a attaqué la justice dans son intégralité (…) Il aurait été préférable qu’il s’attaque à la déclaration constitutionnelle de l’armée (sortie le jour des résultats de l’élection présidentielle) et non pas à la décision de la Haute cour constitutionnelle », précise-t-il avant d’ajouter « qu’une décision de la Haute cour se respecte, sinon il n’y a plus de droit dans ce pays ».

Encore une fois, le président Morsi a appelé ses partisans à descendre place Tahrir pour le soutenir dans le bras de fer qu’il a engagé avec la justice et le Conseil suprême des forces armées, détenteur du pouvoir législatif jusqu’à la tenue de nouvelles élections. Démonstration de force réussie. Un « coup de poker » qui renforcerait l’idée selon laquelle la confrérie veut contrôler tous les rouages de l’Etat: après le parlement, la présidence et bientôt la justice?

D’autres voient au contraire dans ce décret l’occasion rêvée d’ affaiblir une institution judiciaire héritée de l’ancien régime. Pour eux, la décision de la Haute cour est politique et sert les intérêts du Conseil suprême des forces armées, aux manettes depuis la démission d’Hosni Moubarak.

Une collusion que réfute Tewfik Aklimendos, pour qui « la Haute cour a toujours été le bastion du libéralisme égyptien ».

« Il est évident que cette institution n’a jamais eu beaucoup d’amitiés pour les Frères musulmans, mais sa position est inattaquable juridiquement(…) La Haute cour constitutionnelle a toujours été hostile au scrutin de liste qui favorise les grands partis et porte préjudice aux petits candidats. Un mode de scrutin qui a été favorable au Parti national démocrate sous Moubarak et au parti des Frères musulmans aujourd’hui. »

La suite de cet imbroglio politico-judiciaire? Une fracture au sein de la population qui tournerait aux affrontements? Une entente entre les militaires et les Frères? L’arrivée d’une figure de proue de la troisième voie, celle de la révolution?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

1 réaction

  1. Mohammed Tawfik
    Le 12 juillet 2012 à 13 h 15 min

    Comme un egyptien , je peux resumer la situation en queleques phrases par mon point de vue.
    si l’un aime Mohamed Morsi ou les Freres Mulimans , il bien sur va soutenir la decision de Morsi .
    Si l’un n’aime Pas Mohamed Morsi ou les Freres Muslimans , Il va etre contre sa decision .
    Si L’un veut penser sans emotion pour juger si cette decision est vrai ou faux , ca cera difficile ,
    parceque les juges eux-meme sont divises , il y a des des juges qui dissent que sa decision est 100% legal , et que c’est son droit , et des autre qui disent le contraire .

    Pour mes sentiments , je suis heureux que le parliament est revnu meme si je le detestais avant . je etait contre la maniere avec la quelle il etait dissolu , mais pour la question , est-ce qu’ il legal de retourner par la decision le Morsi ? Je sais pas .. Quand les experts de constitution sont Divises , Comment je peux connaitre la realite ?