Naglaa Ali Mahmoud, l’anti First-Lady égyptienne

L'Auteur

naderabouazza


Topics

Mais qui est donc la première dame égyptienne Naglaa Ali Mahmoud? Une femme comme tant d’autres en Egypte. Un voile serré  pour couvrir ses cheveux, une partie du front et les oreilles. Les courbes ovales de ses lunettes de vue épousent les traits d’un visage rond et anguleux. Elle ne porte pas le nom de son mari, Mohammed Morsi, le nouveau président de la république égyptienne.

Capture d’écran Yioum al sâbi3. Naglaa Mahmoud

Naglaa Mahmoud refuse le titre de première dame d’Egypte. Elle préfère être appelée «Oum Ahmed» la mère d’Ahmed, son premier fils, lit-on dans les colonnes du New-York Times.

Malgré tout, Naglaa Mahmoud sait que dorénavant ses actes et prises de positions seront regardés de très près. Elle aurait confié ses appréhensions au journal de la confrérie. Si elle joue un rôle très actif, on l’accusera d’être la femme de l’ombre, celle des coulisses qui jouit d’une grande influence sur son mari. Et si elle est plus effacée, on dira que Mohammed Morsi cache sa femme car il est islamiste.

Il est vrai que Naglaa Mahmoud détone si on la compare à celles qui l’ont précédées:

Jihane al-Sadat, la femme d’Anouar al-Sadate:


Suzanne Moubarak, la femme d’Hosni Moubarak:

Goran Tomasevic / Reuters

Je vous l’accorde, l’habit ne fait pas le moine. Mais notons toutefois la différence de style et le fossé qui sépare Suzanne Moubarak et Naglaa Mahmoud. Ses détracteurs lui reprochent certainement son austérité quand d’autres y voient au contraire le signe d’un changement au sommet de l’Etat. Les Égyptiens accusaient Suzanne Moubarak de dilapider les richesses de l’Egypte. Elle ne s’en cachait pas. Naglaa Ali Mahmoud offre une image moins provocatrice dans un contexte où les Egyptiens subissent les contre-coup de la crise économique.

Mohammed, un ingénieur du Caire, ne comprend pas toute cette polémique autour de la personnalité et du style de la femme de Mohammed Morsi.

«Je trouve les critiques à son égard provoquantes. Naglaa Mahmoud ressemble à des millions d’Egyptiennes. Je ne comprends pas. Certains réclament la démocratie et se moquent d’une femme à cause de son look et sa croyance»

Naglaa Ali Mahmoud a grandi dans le quartier populaire d’ Ain Shams, au nord-est du Caire. A l’âge de 17 ans, elle épouse son cousin Mohammed Morsi, qui a 11 ans de plus qu’elle. Lui est issue d’une famille de fellah originaire de Sharqiya dans le delta du Nil. Après leur mariage Mohammed Morsi part à Los Angeles pour terminer son doctorat. Naglaa le rejoint trois ans plus tard et s’investit comme bénévole à la maison des étudiants musulmans.

On dit que c’est aux Etats-Unis que le couple a adhéré aux idées de la confrérie des Frères musulmans, une association fondée en 1928 par Hassan al-Bannâ. Après leur retour au pays en 1985, le docteur Morsi prend la direction du département d’ingénierie de l’Université de Zagaziq et continue de gravir les échelons de la confrérie islamique. Naglaa l’a accompagnée dans son parcours de militant acharné, convaincue que l’attente et la résistance donneraient aux Frères ce qu’ils ont tant espéré: le pouvoir.

Dans la vidéo ci-dessous, on peut voir une interview de Naglaa Ali Mahmoud. Elle raconte sa relation à la confrérie et comment celle-ci a changé sa vie et celle du Docteur ( Mohammed Morsi). Au sujet des coptes, Naglaa Ali Mahmoud rappelle l’unité du pays et réfute l’idée selon laquelle l’islam serait une menace pour les coptes. «Au contraire», ajoute la compagne du nouveau président de la république qui dit «avoir des amis chrétiennes».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

1 réaction

  1. Noha Hassan Shalaby
    Le 29 juin 2012 à 21 h 03 min

    Je ne vois pas pourquoi se moquer d’une femme qui porte l’habit qui indique depuis des dizaines d’annees la classe sociale de la majorite des egyptiennes,ce serait de meme si une indienne se presenterai en portant le sari ou une japonaise portant un kimono traditionnelle.Est-ce seulement l’anti islamisme?Gehanne El Sadat et Suzanne Moubarak ne representent pas la femme egyptienne d’aujourd’hui de plus elles ont toutes les deux des meres anglaises.NB je ne suis pas voile mais justice et impartialite exigent!