« Les coptes d’Egypte craignent la victoire d’un islamiste »

L'Auteur

naderabouazza


Topics

Mise à jour du 24 juin 2012: Le candidat des Frères musulmans Mohammed Morsi se hisse à la tête de l’Egypte. Il succède à Hosni Moubarak avec 13 230 131 voix contre 12 347 380 pour Ahmed Chafiq.

Manifestations de coptes après les affrontements violents entre les manifestants et l’armée le 17 octobre 2011.David McNew / Reuters

Pour le père jésuite Mohsen, les coptes, qui représentent environ 10% de la population, n’ont pas de candidat. Chacun votera en fonction de ses affinités mais tous voteront pour les candidats qui se sont engagés à ne pas appliquer la charia: Ahmed Chafik, le dernier premier Ministre d’Hosni Moubarak, Hamadeen Sabahi, le candidat nassériste…

« La communauté copte est divisée sur la présidentielle, mais nous sommes tous contre un candidat islamiste », confie le père Mohsen, inquiet comme les Libéraux de la montée de l’islamisme en Egypte.

Pour lui, l’islamisme n’est pas seulement inquiétant pour les coptes, mais également pour les femmes, les artistes et les libertés. Si l’islam devient la seule source de la législation égyptienne, le père Mohsi craint que les manuels scolaires, l’éducation, les relations hommes/femmes soient régis par l’islam des prédicateurs salafistes et des Frères musulmans.

A la veille des premières élections présidentielles post-révolution, le père Mohsi espère seulement que les islamistes, qui dominent déjà le Parlement n’arriveront pas à se hisser à la tête de l’Egypte. Lors de la campagne, il a donc été sensible aux positions des différents candidats à l’égard de la charia.

« Lors du débat télévisé, Amr Moussa a parlé d’esprit de la charia. Quand nous avons entendu l’islamiste dit modéré Abdel Moneim Fotouh déclarer qu’il appliquerait la charia, cela nous a inquiété », précise le père Mohsen avant d’ajouter qu’« Ahmed Chafik a pris clairement position contre la charia« .

Et aux Egyptiens qui qualifient Ahmed Chafik de feloul ( résidus de l’ancien régime), le père Mohsi leur rétorquent que tous ont participé d’une manière ou d’une autre au régime de l’ex-raïs Hosni Moubarak. « Les seuls à avoir été contre le système et emprisonnés dans les geôles du régime furent les Frères musulmans », observe-t-il.

Depuis plusieurs mois, les coptes regardent l’action des islamistes au Parlement avec stupeur et consternation. Certains retiennent le jour où un parlementaire islamiste a lancé un appel à la prière en pleine séance quand d’autres fustigent la proposition de loi autorisant un homme à dormir avec sa femme dans les six heures qui suivent son décès.

Charles un physicien thérapeute de 26 ans partage le sentiment du père Mohsen et plaide pour l’avènement d’un gouvernement civile en Egypte, capable de répondre aux attentes des Egyptiens de toutes horizons.

Le spectre du massacre de Maspero le 9 octobre 2011 reste évidemment dans les mémoires. Ce soir là, les coptes avaient été la cible des chars de l’armée et des Baltagueyya (homme de mains payé par le régime).Un drame qui avait accru les tensions inter-religieuse dans le pays. Des Coptes ont été tués parce que Coptes, sous Moubarak et depuis la Révolution.

A lire aussi

Egypte: Vers un président Frères musulmans?

A qui profite le crime?

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>