La propagande d’Etat

L'Auteur

sophieanmuth


Topics

Sophie Anmuth

Dimanche 9 octobre, lors des affrontements qui ont conduit à la mort de presque une trentaine de manifestants Coptes, les télévisions d’Etat et les télévisions privées avaient un discours bien différent. Tandis que la version officielle accusait les Coptes d’attaquer l’armée, les chaînes privées offraient une couverture plus nuancée.

Le résultat ?

Poussés par la propagande d’Etat, des hommes sont descendus dans la rue pour apprendre aux Chrétiens à attaquer la glorieuse et bienveillante armée, et ont ainsi terrorisé, par exemple, la place Tahrir.

« les manifestants coptes jettent des pierres sur les policiers et soldats charges de la protection du bâtiment Maspero »

Certaines chaînes privées, comme Al-Hurra (chaîne américaine en arabe), ou OnTV (chaîne privée indépendante), ou TV25 (chaîne née après la Révolution, tirant son nom du soulèvement du 25 janvier), ont été menacées par des raids de la police militaire qui souhaitait empêcher la diffusion en direct des événements.

Les bureaux de la chaîne de télévision « 25 janvier » ont fermé pendant 11 jours, en signe de protestation contre l’intrusion des forces armées dans le bâtiment le 9 octobre. Des Coptes y auraient  en effet trouvé refuge, pourchassés par des soldats. L’armée avait fini par quitter les lieux sans les avoir trouvés. La plupart des journalistes, sur le moment, ignoraient ces circonstances.

Le présentateur d’Al-Hurra argumente dans cette vidéo pour qu’on le laisse continuer à diffuser :  » je suis Egyptien ! je suis avec vous ! calmez-vous. C’est bon, ça suffit »

Dans cette vidéo, on entend la présentatrice de Al Masriya (l’Egyptienne), dire que : « il y a plus de 3 morts et 10 blessés parmi les soldats, et non pas par les israéliens mais par des fils de notre pays ! » « ils ont attaqué cette même armée qui nous a protégés pendant la révolution »

Dans cette vidéo, extraite d’un reportage d’une autre chaîne d’Etat, Al Awla (la première), on entend le dernier soldat dire « ils nous ont frappé, ils nous ont tiré dessus, les Chrétiens, fils de chiens ».

Le Premier Ministre fait une déclaration dans la nuit de dimanche à lundi. Il ne dit pas grand-chose, hormis que l’Egypte est en danger et qu’il faut se méfier d’un complot extérieur.
Le lendemain, le lundi, la même version est reprise : des mains invisibles ont fomenté les troubles intercommunautaires, puis ont attaqué les Coptes. L’armée n’y est pour rien.

Mardi, le ministre de l’Information, Osama Heikal, pas le moins du monde ébranlé, déclare que les chaînes de télévision d’Etat ne sont pour rien dans la désinformation. Il pense que la couverture des événements par les médias d’Etat était impartiale, assure qu’il va demander une enquête, et qu’il présentera des excuses s’il y a lieu.

Il avertit aussi que toute personne répandant des rumeurs sur la télévision d’Etat aura à répondre de ses actes. Il vise tous les activistes et journalistes qui ont été outrés par la couverture officielle des événements, car, selon eux, elle incitait la population à descendre attaquer les Coptes pour « protéger » l’armée.

Comme d’habitude, les responsables de ce chaos sont, pour les officiels, des agents de l’étranger, ou bien des « foloul », c’est-à-dire des restes du régime de Moubarak, qui cherchent à diviser le peuple et l’armée. Pour prévenir cette division de la nation, la télévision d’Etat diffusait aujourd’hui abondamment des images de l’armée victorieuse dans la guerre d’octobre.

Pour expliquer pourquoi les Coptes sont persécutés, la doxa officielle fait aussi appel à la menace salafiste, censément grassement payée par l’Arabie saoudite pour déstabiliser l’Egypte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>