Abdoulaye Wade au coeur d’une rocambolesque affaire

L'Auteur

Ndeye Khady Lo


Topics

Depuis une semaine, l’affaire défraie la chronique au Sénégal. Alioune Aïdara Sylla, un ancien député du PDS, a été arrêté dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier à l’Aéroport Léopold Sédar Senghor avec trois chèques d’un montant de deux milliards 600 millions de francs CFA. Soupçonné de blanchiment de capitaux, il a été placé sous mandat de dépôt et inculpé pour les motifs « d’association de malfaiteurs, détournement de biens publics et blanchiment de capitaux ».


C’est que c’est une affaire rocambolesque où se mêle argent, circuit nébuleux et pouvoir. Après une enquête fouillée et minutieuse les enquêteurs ont conclu : « «Il apparaît sans conteste que Aliou Aïdara Sylla peut être poursuivi pour blanchiment de capitaux. En effet, il n’a pas été en mesure d’expliquer le circuit emprunté par l’argent pour les deux chèques de la National commercial bank. Ils ont été émis en Arabie saoudite pour le compte du Président Wade établi en France, envoyés pour encaissement dans le compte de la société Al fath trading à Dubaï pour être dépensés au Sénégal, en France et en Mauritanie. Cet itinéraire vise à brouiller toute possibilité de les retracer.»

Les comptes d’Abdoulaye Wade ouverts entre Paris, Djeddah, Nouakchott, Dubaï ont connu beaucoup de mouvements. Les interrogatoires d’Aliou Aïdara Sylla et les documents saisis par les policiers ont révélé que l’ancien Président, Abdoulaye Wade, est au centre de toutes les transactions. A son interpellation par les policiers de l’aéroport Léopold Sédar Senghor, Aliou Aïdara Sylla avait été immédiatement passé à la fouille. Il a ainsi été trouvé porteur de divers documents comptables qui renseignent sur l’importance des sommes manipulées. Les policiers ont mis la main sur de nombreux relevés d’identité bancaire à son nom propre. On apprend ainsi que Aïdara Sylla a des comptes au Sénégal, en Mauritanie, aux Emirats arabes unis, en France. Mais, les opérations et autres transactions sur ces divers comptes ont ébahi les enquêteurs. Le suivi des virements entre les comptes donne le tournis. La police a découvert des copies de deux chèques de la National commercial Bank de Dubaï émis par Abdoulaye Wade.

Selon les révélations de la presse sénégalaise, le mis en cause servait de coursier à l’ancien président sénégalais.

Wade, guichet automatique

Dans sa livraison d’hier, le Quotidien révèle: « Une autre opération de 6 mil¬lions de dollars a été révélée par une lettre du Président Abdoulaye Wade, adressée à Mme Lucie Lika de la Société générale à Paris. Cette dernière devait recevoir une somme de 6 millions de dollars américains (3 milliards de Cfa) en provenance cette fois-ci de l’Arabie Saoudite. En tout cas, une fois la somme encaissée, elle devait en faire la répartition suivante : 1,5 million de dollars à Sn Commodities ecobank, 370 000 dollars (175 millions de Cfa) dans le compte Carpa ouvert à la Bicis-Dakar par le cabinet d’avocats Me François Sarr et associés, 500 000 dollars (250 millions de Cfa) à Me Madické Niang, 100 000 dollars (50 millions de Cfa) pour l’Institut libéral dans un compte à Ecobank, 200 000 dollars (100 millions de Cfa) pour la «Fondation action éducation santé» dans un compte intitulé Madame Wade Attijari bank à Dakar. Me Abdoulaye Wade ajoutera sur la liste dactylographiée une mention manuscrite «1 250 000 dollars pour Samuel Sarr». Il reste que Aïdara Sylla devait exécuter d’autres dépenses dont le versement de 75 000 euros (115 millions de Cfa) à Mme Viviane Wade dans un compte de la Société générale à Versailles et 200 000 euros à un psychiatre établi en France du nom de Jean Pierre Lablanchy. Aïdara Sylla devait aussi verser la somme de 500 000 dollars dans un compte numéroté ouvert à la Banque nationale de Mauritanie dont le titulaire lui est inconnu.

En plus de ces dépenses, le Président Wade lui avait demandé de régler sur les 6 millions de dollars à tirer de la Société générale de Paris et qui rappelle-t-on devaient provenir d’Arabie Saoudite, les factures de 130 millions de francs Cfa pour terminer les gros œuvres du chantier de la villa du quartier Point E à Dakar, la somme de 239 millions pour les travaux de la finition de la résidence du khalife général de Ndiassane, 50 millions pour terminer les travaux de la résidence de Ahmed Bachir Kounta à Ndiassane, 40 millions pour les travaux de la finition de la maison familiale à Kébémer et un décompte de 250 millions pour les travaux de sa résidence à Touba.

Aliou Aidara Sylla, un coursier atypique


Présenté comme un proche du président Wade, M. Sylla est un self made man, entrepreneur prospère au parcours atypique. Vendeur de pain à ses débuts, il s’est retrouvé riche comme Crésus après avoir fait de très heureuses rencontres. Selon le journal le Populaire, c’est au milieu des années 80, il fit la rencontre d’un riche et célèbre armateur, Adrien Michel. Ce dernier, qui avait fréquemment des problèmes avec ses employés, décida de lui confier le recrutement de ses journaliers, via une société qui lui appartenait. Il venait d’entrer ainsi dans le monde de l’entreprenariat. La seconde rencontre décisive dans sa carrière est celle qu’il a eue avec le défunt Français d’origine arménienne, le richissime Adrien Altounian, qui était propriétaire de la célèbre société Ags (Assurance générale du Sénégal) devenue Amsa, et de Locafrique. C’est avec les prêts de Locafrique qu’il démarra un prospère business, surtout dans le domaine de l’Import/Export. En juillet 1998, Alioune Aïdara Sylla devint orphelin avec le rappel à Dieu de son soutien de taille, Adrien Altounian.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

1 réaction

  1. Le 15 janvier 2013 à 18 h 21 min

    Pauvre type ce Wade. Je suis vraiment surpri de ses révélations