Youssou Ndour, un chanteur en politique

L'Auteur

Ndeye Khady Lo


Topics

La méga star sénégalaise ne veut plus se contenter d’éveiller les consciences à travers sa musique.  Dans une adresse aux Sénégalais diffusée par son groupe de presse, le chanteur assure qu’il jouera sa partition lors de la présidentielle de 2012. Mais il précise qu’il n’est pas candidat.

« Fekke ma ci bolé » (Littéralement en Wolof « Je suis témoin donc je m’implique »), comme le nom de son Mouvement citoyen fondé en 2010 l’indique, Youssou Ndour ne sera plus un spectateur passif de la vie politique sénégalaise. La mise sur pied de ce Mouvement citoyen traduit la nouvelle dynamique qu’il veut donner à son action.

« Sentinelle de la démocratie »

Considérant que le Sénégal va au devant de lendemains politiques incertains, Youssou Ndour assure ses compatriotes qu’il jouera sa partition : « Je ne laisserai pas la situation de mon pays que je n’ai pas quitté pour d’autres destinations, se détériorer. J’ai toujours cru en lui. L’avenir confirmera le respect et l’attachement que j’ai pour notre pays et notre peuple. Je jouerai ma partition ».

Il invite ses compatriotes au Disso (Consensus en Wolof) et déclare : « Je suis au service du peuple et je demande à ceux qui ambitionnent de nous gouverner, une intégrité sans faille, un sens profond de l’honneur, de l’éthique et de l’équité, une dignité avérée, un patriotisme éclairé ».

Créé dans le contexte d’un bras de fer avec l’Etat du Sénégal pour l’obtention de la licence de sa télévision, « Fekke ma ci bolé » était tombé en léthargie juste après le démarrage des programmes de la chaine. Cela a poussé les détracteurs du chanteur à tourner en dérision son slogan « Fekke ma ci bolé » en « Télé ma ci gueuné » (La télé obtenu, plus d’engagement politique).

Contre la candidature de Wade

Après les évènements du 23 juin, Youssou Ndour avait demandé au chef de l’Etat sénégalais de retirer sa candidature à la présidentielle de 2012 pour la paix sociale.

« Je demande solennellement au président de privilégier une sortie honorable et de se garder de mettre la pression sur les juges du conseil constitutionnel », avait-il indiqué dans un communiqué invitant les hommes politiques à ne pas brûler le pays.

Reçu en audience après cette déclaration, le chanteur a réitéré sa demande. Ce que le chef de l’Etat n’a pas accepté. A la tête du plus grand groupe de presse du Sénégal, Youssou Ndour veut se rendre incontournable lors des échéances électorales de 2012, cruciales pour l’avenir du pays.

Représailles

Dans sa déclaration, Youssou Ndour dit : « Ils ont commencé à m’attaquer ». Ce « Ils » désigne l’Etat du Sénégal qui avait entrepris des représailles le visant. Le président Wade et ses partisans n’ont pas apprécié les prises de position publiques de la star. Quelque temps après qu’il a demandé le retrait de la candidature de Wade, l’homme d’affaires a vu les comptes de Youssou Ndour head Office et Xippi, son studio, bloqués par le Trésor public.

L’Etat avait commis un huissier pour ordonner aux 15 banques implantées au Sénégal de bloquer les comptes de Youssou Ndour Head office et Xippi, suite à un redressement fiscal décidé par l’administration. Youssou Ndour doit payer, selon les services des Impôts et Domaines, plus de 100 millions de francs, s’il veut éviter une saisie de ses biens  sera opérée.

Cette pression fiscale a été perçue comme une sanction par beaucoup d’observateurs. Il aura fallu l’intervention de plusieurs bonnes volontés pour desserrer l’étau.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>