Ces Nigérians qui veulent toujours l’indépendance du Biafra

L'Auteur

bonimarcus


Topics

Les policiers du Nigeria ont arrêté plus de 500 personnes à Enugu, au sud-est du pays, le 5 novembre 2012.

Ils sont accusés de trahison après avoir soutenu une déclaration d’independance du Biafra (une région au sud-est du Nigeria), rapporte le site d’information Nigerian Punch.

Des séparatistes avec le drapeau du Biafra

Les membres du mouvement indépendantiste s’étaient réunis, le 4 novembre, à l’occasion de l’anniversaire de la mort de l’ancien chef du Biafra, Chukwuemeka Ojukwu, décedé en novembre 2011.

Sauf que le drapeau du Biafra a de nouveau été hissé lors du rassemblement. Le même drapeau qui avait engendré la guerre du Biafra ou guerre civile du Nigeria, entre 1957 et 1970. Une guerre d’une violence sans nom qui a causé la mort de millions de personnes.

Mais un groupe de séparatistes rêve toujours d’indépendance. Une réclamation qui signifie «trahison» aux yeux du gouvernement.

A l’instar du chef du mouvement indépedantiste du Biafra, Ben Onwuka, qui plaide ouvertement pour une indépendance du Biafra:

«Il est clair que la sécurité des vies et des biens des habitants du Biafra n’est  plus garantie dans l’entité appelée Nigeria.»

«Il est clair que notre droit à l’adoration, selon notre foi chrétienne, n’est plus garantie. Par conséquent, nous, les gens de Biafra nous sommes décidés à nous retirer du Nigeria.»

Selon le correspondant de la BBC, ces rassemblements surviennent peu de temps après la publication des mémoires de la guerre du Biafra de l’écrivain nigérian Chinua Achebe.

 

Afolake Oyinloye


A lire aussi

Chinua Achebe publie ses mémoires

Les regrets d’Afrique de Toni Morriso

Fela, l’incontournable roi de l’afrobeat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>