Bénin – Patrice Talon, vrai ou faux coupable?

L'Auteur

bonimarcus


Topics

Après que la justice béninoise a accusé Patrice Talon de tentative d’assassinat du président Boni Yayi, l’homme d’affaires béninois a réagi en réfutant en bloc lesdites accusations. Ce qui n’a pas empêché d’émettre un mandat d’arrêt international contre lui et son associé Olivier Bocco.

Me Adrien Houngbédji, leader du Parti du renouveau démocratique (Prd) et adversaire malheureux de Boni Yayi aux deux dernières présidentielles de 2006 et 2012 au cours desquelles l’homme d’affaire béninois avait «sponsorisé» le candidat Boni Yayi, s’est voulu prudent quant aux accusations. Même s’il a exprimé sa compassion au chef de l’Etat.

La Nouvelle Tribune souligne que:

«La Direction exécutive nationale (Den) du Prd souhaite que toute la lumière soit faite sur cette affaire. C’est le rôle de la justice, et elle est saisie du dossier. Qu’elle accomplisse son travail en toute indépendance. Qu’elle le fasse dans le respect des lois de la République, et dans le respect des droits de la défense. Et que chacun de nous observe la présomption d’innocence. Nous faisons confiance à la justice de notre pays. En attendant qu’elle se prononce, nous exprimons au chef de l’Etat notre profonde compassion».

Pour La Lettre du Continent, le président béninois qui est un ami de Laurent Fabius, essayera tout pour faire arrêter Patrice Talon.

La Lettre du Continent rappelle que:

«La justice béninoise accuse l’homme d’affaires d’avoir approché les 16 et 17 octobre, à Bruxelles, deux personnalités parmi les plus proches du chef de l’Etat en vue d’empoisonner ce dernier. Il s’agit de son médecin personnel, le commandant Ibrahim Mama Cissé, ainsi que de sa « nièce », Zoubératou Kora Séké. Surnommée « Zoubé », cette dernière dispose du titre officiel de maître d’hôtel du président béninois. Elle a longtemps servi de « factrice » et d’émissaire informel entre Talon et Boni Yayi».

A en croire les sources de La Lettre du Continent, Patrice Talon aurait déjà pris contact avec le cabinet d’avocat Bourdon, Voituriez & Burget de même qu’Amnesty International. Mais seul un procès, avec une justice libre et indépendante, permettra de savoir si Patrice Talon est coupable ou non.

Lu sur La Lettre du continent

A lire aussi

La démocratie béninoise en danger

Pour Boni Yayi, le pouvoir à tout prix

Bénin: les frontières de la division

Des Madoff, au pays du vaudou

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>