Nigeria – Another Facebook lover may be charged with attempted murder!

The Divisional Police Officer of Bar Beach, Victoria Island, Lagos, Mr. Fayoade Adegoke, reported the case of a 26-year-old, man who allegedly pushed down his Facebook lover, 21-year-old Akabugu Nkiruka from a multi-storey building, on the 1st of November. It was said the incident occurred after they had a disagreement over sex.The suspect, whose name is withheld for unknown reasonmight be charged with attempted murder, says the police.

The victim suffered multiple injuries and a fractured pelvis. Akabugu Nkiruka is a Linguistic student of the University of Lagos. According to her, she met the man on Facebook (a social media) a barely a week before the incident, thereafter they went clubbing andeventually went to his family home at 1004 Estate, Victoria Island, Lagos, Punch reports.

She reported that she had told him on the phone that she wasn’t interested in sex because she was menstruating. To her utmost dismay, on getting to the house the man tore her dress and tried to rape her. Thereafter, she was pushed down from the third floor of the building because she refused to have sex with him.

The mother of the young man was at home that night, she claims she was not aware of how it happened because she slept around 10 pm while the incident occurred much later. She also noted that inquiry preliminary showed that Nkiruka was not pushed by her son as alleged, but that she jumped on her own in the ensuing scuffle, Punch reports.

The DPO said:

“However,the  parents of the suspect and the victim were engaged in reconciliatory talks over the matter”,said the DPO.

NAN (News agency of Nigeria) recalls that seven young men, including two who met 24-year-old Miss Cynthia Osokogu on Facebook, are currently facing trial for allegedly raping and killing her in Lagos earlier this year.

Afolake Oyinloye

 

Interview de Johnnie Carson:«Le Nigeria est un interlocuteur essentiel pour Obama»

SlateAfrique - Barack Obama ne s’est rendu qu’une seule fois en voyage officiel en Afrique lors son mandat, le continent intéresse-t-il les Etats-Unis?

Johnnie Carson – Le président des Etats-Unis est profondément et passionnément intéressé par l’Afrique. Notre intérêt pour l’Afrique est de nature historique, économique, commerciale et politique. Barack Obama a eu un calendrier serré. Il a donné la priorité à l’économie américaine qui a présenté de nombreux défis en raison de la crise économique dans laquelle nous sommes plongés actuellement.

SlateAfrique – Le président américain a effectué son discours phare à Accra, au Ghana, le 11 juillet 2009. Comment expliquer qu’il ne se soit pas rendu au Nigeria? Est-ce à dire que le Nigeria n’était pas considéré comme aussi démocratique que le Ghana?

Johnnie Carson - Il a confié la responsabilité des Affaires étrangères à Hillary Clinton, la secrétaire d’Etat. En trois ans et demi, elle s’est rendue à deux reprises au Nigeria, où elle a rencontré le président Goodluck Jonathan. En outre, avant la mort de Umaru Musa Yar’Adua en août 2009 (l’ex-président décédé avant le terme de son mandat), je me suis rendu au Nigeria.

SlateAfrique – Pourquoi le Nigeria est-il un partenaire aussi important?

Johnnie Carson - Il existe au moins une dizaine de raisons qui expliquent en quoi le Nigeria est un interlocuteur essentiel pour le président américain: le Nigeria possède la population la plus importante du continent avec ses 160 à 170 millions d’habitants. C’est le plus grand pays d’Afrique. Le Nigeria est le 6e pays où l’on trouve la plus forte population musulmane du monde, l’Egypte est le premier pays africain mais devrait bientôt être supplanté par le Nigeria.

Ce pays est le cinquième pays exportateur de pétrole. D’ailleurs le Nigeria est l’un des plus grands partenaires commerciaux des Etats-Unis en Afrique. S’ajoute à cela le fait que les Etats-Unis investissent énormément au Nigeria. Enfin, nous partageons des liens historiques, politiques qui contribuent à perpétuer nos intérêts communs.

Propos recueillis par Maïmouna Barry, Pierre Cherruau et Afolake Oyinloye

 

 

Ces Nigérians qui veulent toujours l’indépendance du Biafra

Les policiers du Nigeria ont arrêté plus de 500 personnes à Enugu, au sud-est du pays, le 5 novembre 2012.

Ils sont accusés de trahison après avoir soutenu une déclaration d’independance du Biafra (une région au sud-est du Nigeria), rapporte le site d’information Nigerian Punch.

Des séparatistes avec le drapeau du Biafra

Les membres du mouvement indépendantiste s’étaient réunis, le 4 novembre, à l’occasion de l’anniversaire de la mort de l’ancien chef du Biafra, Chukwuemeka Ojukwu, décedé en novembre 2011.

Sauf que le drapeau du Biafra a de nouveau été hissé lors du rassemblement. Le même drapeau qui avait engendré la guerre du Biafra ou guerre civile du Nigeria, entre 1957 et 1970. Une guerre d’une violence sans nom qui a causé la mort de millions de personnes.

Mais un groupe de séparatistes rêve toujours d’indépendance. Une réclamation qui signifie «trahison» aux yeux du gouvernement.

A l’instar du chef du mouvement indépedantiste du Biafra, Ben Onwuka, qui plaide ouvertement pour une indépendance du Biafra:

«Il est clair que la sécurité des vies et des biens des habitants du Biafra n’est  plus garantie dans l’entité appelée Nigeria.»

«Il est clair que notre droit à l’adoration, selon notre foi chrétienne, n’est plus garantie. Par conséquent, nous, les gens de Biafra nous sommes décidés à nous retirer du Nigeria.»

Selon le correspondant de la BBC, ces rassemblements surviennent peu de temps après la publication des mémoires de la guerre du Biafra de l’écrivain nigérian Chinua Achebe.

 

Afolake Oyinloye


A lire aussi

Chinua Achebe publie ses mémoires

Les regrets d’Afrique de Toni Morriso

Fela, l’incontournable roi de l’afrobeat

Nigeria’s Guantanamo?

Few days after the suicide bomb attack at St Rita’s church in Kaduna city, on the 28th of October the authorities still suspect the militant Islamist sect, Boko Haram, was behind the incident.

Police detain an alleged protester in the outskirts of Kano (Photo REUTERS/ Radu Sigheti)

On the first of November, the security forces were said to have carried out widespread abuses in their campaign against the militants in Maiduguri, Nigeria. In the process, innocent civilians were killed, tortured and houses were burnt. Allegations have been denied by the military, BBC reports.

Residents in the north-eastern city reported that dozens of young men have been shot dead by the military. An imam said about 11 youths from his street alone were killed, including four of his own sons.

In the morning, gunshots were heard and thereafter, people were said to have been killed. Malam Aji Mustapha, , reported that after morning prayers on Thursday soldiers took him and his children to an open field where many people had already been taken.

He said:

« They killed four of my children in front of me. They took their bodies to the mortuary of the general hospital » .

According to BBC, in recent weeks people have been fleeing the worst affected areas. A student who fled from Damaturu to Kano said:

« There is a place called Guantanamo in Damaturu where the military keep people to punish them”.

He equally revealed that:

« Even if you are not Boko Haram you are punished so harshly that you call yourself Boko Haram. Then the army will kill you. »

An Amnesty International’s Lucy Freeman told the BBC in Kaduna that the security forces are making the situation worse, they should be protecting and preventing Boko Haram attacks by working with the communities, instead of alienating them. He said they are subject to Human rights violations.

He further disclosed:

« You also risk recruiting for the group that you are trying to fight. When a child sees their parent killed by the security forces or they have their house burnt down the effect of that is going to be to strengthen support for the group rather than to hinder it« .

Still in Maiduguri, there was another incident. The following day, 2nd of November, a former member of the Supreme Military Council, General Shuwa, veteran was gunned down on Friday in his house at Gwange in Maiduguri along with his guest.

Abu Mohammed Abdul-Aziz claimed to be the Boko Haram’s spokesman and revealed during a teleconference that late General Shuwa is regarded with high esteem by Boko Haram as he has never said anything wrong about them. He warned those spreading rumors that the group is responsible for his killing, Channels TV reports.

A Christian youth leader in Kaduna, Obadiah Diji disclosed that Christians have been living in constant fear since the sect Boko Haram started its rebellion.

He said that in fact, churches now have metal detectors and women are not allowed to carry hand bags for the fear that an attacker may dress up as a worshipper, hiding a gun or bomb in a hand bag.

He said:

“…our religious life has been severely disrupted – along with our social life. The streets of the city center are almost deserted at night. People are too scared to go clubbing or to just sit around a table, drinking beer and eating fish”.

“We now lead secluded lives, staying at home. It is only the police who are on the streets of the city at night”.

They are the latest people to have their lives turned upside down by the cycle of violence in northern Nigeria, BBC says.

Afolake Oyinloye

Lettre ouverte à mon cher cousin Barack Obama

Monsieur le président des Etats-Unis d’Amérique,

Non, ce n’est pas diplomatique…

Excellence monsieur le président des Etats-Unis d’Amérique,

Non, ce n’est pas fraternel…

Très cher cousin,

Non, c’est trop familier…

Cher cousin,

Je ne sais comment commencer ma lettre. C’est drôle d’écrire à un si illustre cousin qu’on ne connaît pas. Mais ce n’est pas drôle de ne pas savoir par quoi commencer. J’ai fini par trouver les mots adéquats quand même. Car ici chez nous en Afrique, nous sommes tous des cousins. Mais, pour ma part, je ne dis pas «cher cousin» pour reprendre une formule typiquement africaine. Nous sommes bien cousins même si c’est un peu à l’africaine. Et pour ceux qui pensent que je cherche à me faire passer pour le cousin d’une des personnalités les plus illustres au monde, je leur démontrerai le contraire.

D’emblée, je voudrais me faire excuser d’abord par votre Haute Autorité comme on dit chez nous au Bénin quand on veut flatter l’ego du président de la République. Et cela quand on ne l’appelle pas demi-dieu et tutti quanti. Ensuite, je me dois de me faire excuser par le peuple américain et enfin par mes lecteurs occidentaux, pour la simple et bonne raison que je ne devrais pas vouvoyer un cousin conformément aux lois et traditions du pays, fut-il président des Etats-Unis d’Amérique. Cela n’a rien voir avec un quelconque manque de respect, loin s’en faut. C’est que tout simplement le vouvoiement n’existe pas chez nous. En effet, nos ancêtres, les Luo, ne faisaient guère de différence entre un homme et un homme. Quel que fût son âge ou sa fonction. Je te remercie donc d’avance pour ta bonne et fraternelle compréhension.

J’ai parlé tantôt de Luo, et je suppose que ce mot à lui tout seul doit te dire beaucoup de choses. C’est grâce à lui que j’ai su que nous sommes des cousins, un peu à l’africaine quoi… ? Pardon ! Je devrais éviter de parler un français africain. Au hasard de mes recherches ô combien passionnantes sur l’histoire de la Nubie antique, j’ai découvert que ton père était Luo du Kenya. Et comme tous les Luo du monde entier ont à l’origine un seul et même ancêtre commun, c’est-à-dire Yaloh ou Yoloh ou Yoluo, j’ai tout de suite compris que nous sommes des cousins, tellement lointains que je ne t’aurais jamais connu si tu n’étais devenu président des Etats-Unis d’Amérique.

Cher cousin, crois-moi, l’idée de cette lettre m’est venue après que j’ai découvert à travers mes recherches sur les origines de mes propres ancêtres que tu portes un nom prédestiné chez les Luo, c’est-à-dire Obama. Cela va peut-être te faire sourire. Et c’est bien là le mobile principal de cette lettre. Car je suppose qu’après cette longue et stressante campagne électorale que tu as dû affronter, il t’en faut bien de temps en temps. C’est un bon médicament pour rassurer les Américains et leur redonner confiance en leur montrant que tu as la situation en main. Même après le tristement célèbre passage de l’ouragan Sandy. S’ils ne te voient pas tout sourire, ils vont se dire que tu n’es plus sûr de toi, et que tu dis maintenant: «Yes, we can not». Or le «canot», ça évoque des catastrophes et des sauvetages. C’est-à-dire quand il y a la panique, le sauve-qui-peut. Quand il n’y a plus d’espoir. Mais avec le sourire, ils comprendront que tu leur dis : «Yes, we care…», que tu veilles au grain concernant la crise économique et son corollaire de hausse du chômage notamment. Comme pour l’Obamacare ! Et que tout va bien, ou du moins que tout ira bien…

Tu vois, cher cousin, chez nous ici en Afrique, nous sommes éternellement en crise. Et le chômage, c’est notre pain quotidien. Mais grâce au sourire que nous arborons aussi éternellement, nous ne la ressentons même plus. C’est cela, notre potion magique, notre antidote. C’est un anesthésiant à toute épreuve. Ainsi, même assommés par la crise perpétuelle, nous continuons toujours à sourire, ce qui facilite la tâche à nos chefs d’Etat qui peuvent continuer à nous diriger comme des bêtes de somme. Tout en sourire, sans penser au lendemain, sauf quand il arrive et qu’on ne le voit même pas, ce bon Monsieur Lendemain. Puisque, de toutes les façons, on ne le connaît même pas, ce fameux Monsieur Lendemain.

Excuse-moi cher cousin, j’ai fait une digression au lieu de te parler de l’essentiel que je voulais te dire. Je parlais tantôt de ton nom prédestiné Obama. Voilà…, je me retrouve enfin pour en revenir  à nos moutons. Que dis-je? Pour en revenir à des choses plus sérieuses, en l’occurrence aux temps immémoriaux de la Nubie. Je ne te dirai pas tout maintenant, parce que je n’ai pas encore déposé une demande de brevet de découverte, mais comme tu es mon cher cousin, je t’en dirai quand même un peu. Un peu seulement, mais il ne faut le dire à personne d’autre. En Afrique, c’est comme ça qu’on dit quand on veut propager une nouvelle.

Obama est composé de deux noms : Ouoro qui a été grécisé en Horus (dieu faucon en Grec) et Bama ou ceux qui font le rituel traditionnel d’initiation des Luo. Ouoro dont la forme elliptique est O était le symbole du pouvoir du temps de nos ancêtres, les Luo. De nos jours encore, tout chef ou président de la République porte le nom de Ouoro ou Wollo. Du temps de nos ancêtres, le Wollo ou Ouoro cumulait la fonction politique avec la fonction religieuse. D’où le Bama qui suit le nom Ouoro ou Wollo. En fait, Obama est un diminutif de Wollo-Bama ou Ouoro-Bama. Si je dois conclure sans entrer dans les détails, cela signifie que ton ancêtre duquel tu as hérité ce patronyme était le chef chez qui toute la tribu devait sacrifier au rituel traditionnel d’initiation et de passage à l’âge adulte.

Voilà, cher cousin, pour la petite histoire. Quand tu auras beaucoup plus de temps pour me lire après l’élection présidentielle du 6 mai, je m’évertuerais à t’écrire une plus longue lettre. Je t’écrirais alors une longue lettre, dans le plus pur style lointainement fleuri et parabolique des traditions Luo. D’ici à là, je te souhaite une bonne chance pour ta réélection et du courage face à la crise économique.

Je ne saurais terminer ma lettre, comme il est de tradition en Afrique quand on écrit à un cousin qui a réussi en Afrique ou en Occident, sans te demander une faveur. Nous autres Africains, nous adorons les faveurs. Nous préférons le favoritisme, le clientélisme à la méritocratie contrairement à vous aux Etats-Unis. Même moi, je suis incorrigiblement africain en cela, tu vois…! Décidément, un Africain reste incorrigiblement Africain. Mais ma faveur est simple: si tu es réélu à la présidence des Etats-Unis d’Amérique, je te demanderais de ne plus recevoir aux Etats-Unis d’Amérique tous les chefs d’Etat africains qui ne seront pas élus de façon transparente. Je ne dis pas démocratique, parce que dans démocratie, chaque chef d’Etat africain y met ce qu’il veut. En effet, à devenir de moins en moins regardant comme la Chine et la Russie dans la gouvernance démocratique de nos pays, l’aide des démocraties occidentales à l’Afrique ne servirait à rien. Dont acte !

Marcus Boni Teiga

PS: Avec cette lettre, je sais que personne ne pourra dorénavant s’arroger la paternité de la découverte de la signification du nom Obama. Autre chose, je sais dorénavant que tu es favorable au mariage homosexuel. Je ne te ferai pas un dessin là-dessus ici en Afrique, mais je suis sûr que nos ancêtres les Luo vont se retourner dans leurs tombes en apprenant cette nouvelle. Mais à chaque société de décider de son avenir en fonction de son époque. Aussi, faut-il aussi que l’Occident laisse l’Afrique décider du sien, en fonction de son évolution.

A lire aussi

L’Afrique, grande absente de la campagne américaine

La présidentielle américaine est aussi un concours de beauté

Non, tous les Africains-Américains ne votent pas Obama

Présidentielle américaine: Dallas sait pour qui elle va voter

Trop d’argent a tué la démocratie américaine

 

 

 

Bénin – Patrice Talon, vrai ou faux coupable?

Après que la justice béninoise a accusé Patrice Talon de tentative d’assassinat du président Boni Yayi, l’homme d’affaires béninois a réagi en réfutant en bloc lesdites accusations. Ce qui n’a pas empêché d’émettre un mandat d’arrêt international contre lui et son associé Olivier Bocco.

Me Adrien Houngbédji, leader du Parti du renouveau démocratique (Prd) et adversaire malheureux de Boni Yayi aux deux dernières présidentielles de 2006 et 2012 au cours desquelles l’homme d’affaire béninois avait «sponsorisé» le candidat Boni Yayi, s’est voulu prudent quant aux accusations. Même s’il a exprimé sa compassion au chef de l’Etat.

La Nouvelle Tribune souligne que:

«La Direction exécutive nationale (Den) du Prd souhaite que toute la lumière soit faite sur cette affaire. C’est le rôle de la justice, et elle est saisie du dossier. Qu’elle accomplisse son travail en toute indépendance. Qu’elle le fasse dans le respect des lois de la République, et dans le respect des droits de la défense. Et que chacun de nous observe la présomption d’innocence. Nous faisons confiance à la justice de notre pays. En attendant qu’elle se prononce, nous exprimons au chef de l’Etat notre profonde compassion».

Pour La Lettre du Continent, le président béninois qui est un ami de Laurent Fabius, essayera tout pour faire arrêter Patrice Talon.

La Lettre du Continent rappelle que:

«La justice béninoise accuse l’homme d’affaires d’avoir approché les 16 et 17 octobre, à Bruxelles, deux personnalités parmi les plus proches du chef de l’Etat en vue d’empoisonner ce dernier. Il s’agit de son médecin personnel, le commandant Ibrahim Mama Cissé, ainsi que de sa « nièce », Zoubératou Kora Séké. Surnommée « Zoubé », cette dernière dispose du titre officiel de maître d’hôtel du président béninois. Elle a longtemps servi de « factrice » et d’émissaire informel entre Talon et Boni Yayi».

A en croire les sources de La Lettre du Continent, Patrice Talon aurait déjà pris contact avec le cabinet d’avocat Bourdon, Voituriez & Burget de même qu’Amnesty International. Mais seul un procès, avec une justice libre et indépendante, permettra de savoir si Patrice Talon est coupable ou non.

Lu sur La Lettre du continent

A lire aussi

La démocratie béninoise en danger

Pour Boni Yayi, le pouvoir à tout prix

Bénin: les frontières de la division

Des Madoff, au pays du vaudou

 

 

 

 

Bénin – Table ronde pour la relance de l’économie

Annoncé depuis plusieurs mois par le gouvernement et par les milieux d’affaires béninois, le dialogue secteur public-secteur privé a enfin eu lieu et s’est déroulé les 29, 30 et 31 octobre 2012 au Palais des Congrès de Cotonou sous la présidence effective du président de la République, Boni Yayi, qui a pris une part active aux travaux. Cette table ronde conçue pour la relance de l’économie béninoise a réuni essentiellement les opérateurs économiques béninois, les représentants de l’administration publique, des institutions nationales et des personnes ressources extérieures venues spécialement pour soutenir l’événement et dont leurs contributions, expériences et expertises ont enrichi les trois jours de travaux.

De récents rapports ont révélé que l’environnement des affaires au Bénin est peu propice à l’investissement privé. Il est caractérisé par une morosité économique qui engendre un climat de suspicion, un déficit de dialogue entre le secteur public et le secteur privé avec à la clé une crise de confiance entre le Gouvernement et le Conseil national du patronat du Bénin.

Face à ce climat d’affaires suspicieux, le chef de l’Etat, Boni Yayi, a manifesté – à plusieurs reprises – sa volonté de mobiliser toutes les forces vives de la nation en occurrence les acteurs du secteur public et du secteur privé pour réfléchir et trouver ensemble les voies et moyens afin de réaliser une croissance inclusive, durable et respectueuse de l’environnement au Bénin. Annoncé, ce dialogue a enfin eu lieu les 29, 30 et 31 octobre dernier, – il faut le dire – dans un contexte de méfiance, de malaise et de tension socio-économique.

En effet, à travers cette table ronde, le gouvernement veut mettre en place un creuset approprié pour rétablir la confiance entre l’administration publique et les opérateurs économiques privés. Boni Yayi a martelé à l’ouverture de cette rencontre de concertation qu’il faut:

«Echanger sur des déterminants et les contours de la morosité économique, identifier les modalités de la consolidation du dialogue secteur public-secteur privé et convenir de façon consensuelle des remèdes que le gouvernement exploitera pour la relance de l’économie nationale».

Aussi note-t-on l’engagement personnel du chef de l’Etat, Boni Yayi, qui a voulu diriger lui-même les travaux. A l’occasion, il a précisé que:

«Il s’agit de réfléchir à un système économique où tout le monde contribue à la production et en tire profit. Un système qui accélère le rythme de création de richesses et réduit progressivement la pauvreté en vue de son éradication».

Cette table ronde a pour finalité la remise en cause de l’ancien ordre économique qui n’a fait qu’appauvrir les Béninois jusqu’à présent. Alors il faut inverser la tendance, a indiqué le chef de l’Etat béninois. En garantissant une stabilité politique, économique et sécuritaire ; en donnant un contenu clair à la notion de Partenariat public-privé sur le plan juridique et en imprimant une nouvelle dynamique sur le plan administratif et organisationnel.

De façon consensuelle, les travaux de cette table ronde ont réussi à dégager les conditions détaillées d’un bon climat d’investissement pour une émergence économique plus dynamique et durable du pays. Un nouveau cadre de partenariat public-privé a été définit et opérationnel véritablement profitable pour les deux parties. Des réformes structurelles prioritaires  sont désormais convenues ; de même que le cadre de politique générale du partenariat public-privé au Bénin. Il a été proposé et adopté un cadre formel de concertation périodique permanent entre le secteur public et le secteur privé avec la mise en place d’un mécanisme de mise en œuvre et de suivi des recommandations issues de cette table ronde.

Mécanisme pour lequel le gouvernement béninois envisage déjà de créer une Agence chargée du Partenariat public-privé. En attendant, beaucoup d’espoirs sont fondés sur la mise en application effective des résolutions issues de ce forum qui a pris fin mercredi 31 octobre 2012.

Aline A. Assankpon

 

Serena and Venus Williams to promote Women’s rights in Nigeria

Serena and Venus Williams, American tennis stars arrived in Lagoson the 30th October. The sisters as part of United States’ most accomplished athletes are in Africa fora two-nation tour, first in Nigeria and then South Africa.

They will be playing exhibition matches to promote women’s rights. The Williams sisters are coming to help more women to discover their potentials in Nigeria, reports Punch.

According to a British Council study released in May, Nigeria ranks 118 out of 134 countries worldwide on the Gender Equality Index.

On the first of November they will be paying a visit to two secondary schools in Lagos. It is said that it’s going to be an inspirational campaign of the girl-child in Nigeria.

The theme of the sisters’ visit is Breaking The Mould, which means they will be motivating the young ones to believe in themselves.

Serena and Venus will meet the governor of Lagos State, Babatunde Fashola and visit a puberty education class for girls before heading to South Africa on the 2nd of November.

Abimbola Kazeem, remarked on behalf of the organisers, Connect Marketing, that:

It took us roughly a year to convince the sisters to come to Nigeria. It will be a major boost for Nigerian tennis and a source of inspiration for our youths because the sisters are not only into tennis, they also have other businesses.”

Punch reports a statement from Breaking The Mould revealed that their visit is aimed at promoting:

“The role that women play in shifting perceptions and encouraging development at all levels across the African continent”.

Afolake Oyinloye

 

 

Nigeria – Osezua Osolase jailed for trafficking, rape in Britain

A Nigerian, Osezua Osolase, 42 years of age, has been jailed for 20 years for trafficking Nigerian teenage girls into Britain and using them as sex slaves after terrifying them with rituals. He was convicted at the Canterbury Crown Court on Friday, of trafficking three girls aged 14, 16, and 17,UK Daily Mail reports.

Evidence that shows that at least 28 victims were illegally taken in and out of Britain by Osolase for 14 months was discovered by detectives.This crime is said to have earned him up to £1.5m.

It was also said that the actual number of his victims could amount to hundreds, according to a girl who was overheard that he tried selling her for £60,000 and that he has been operating for 15 years.

In 2007, Osolase was deported to Nigeria for stealing credit cards, but in 2008 he was married to German lady and returned the UK with a five-year visa.

He was a recycling worker who lived in Gravesend, Kent. Surprisingly according to investigations made, he was “The British linchpin of a multi-million pound global child sex trafficking ring that used medieval ‘juju’ black magic to control its victims”, Punch reports.

The victims described the ritual as being terrifying. They were forced to take an oath of loyalty to him. One of them said that her armpit hair was cut by a man wearing feathers and the others were slashed with knives and were forced to drink foul smelling portion. The victims reported that they were threatened that if they revealed what happened to them or attempt to escape, theywould not have children, they would go mad and die.

The girls were said to have promised an education and modelling work, before being flown out of the country. It is believed that he has hidden the profits of his crimes in Nigeria as there’s no evidence that Osolase lived a luxury lifestyle.

In April 2011 Osolase stopped at Stansted airport while attempting to board a plane. He revealed to the police that he had HIV.

Mr Orchard told the court:

« Mr Osolase acknowledges and regrets the consequences of his actions in relation to taking the girls out of the UK, and he has to bear the consequences of those actions ».

Afolake Oyinloye

 

 

 

Comment le Nigeria perd des milliards de dollars chaque année

Un rapport officiel nigérian montre l’ampleur de la mauvaise gestion et de la corruption dans le secteur du pétrole et du gaz au Nigeria, du mode d’attribution des contrats jusqu’à la vente de produits raffinés.

Selon le rapport que la BBC s’est procuré, ces pratiques coûtent plusieurs milliards de dollars chaque année au Nigeria.

29 milliards de dollars (18 milliards d’euros) ont été perdus au cours des dix dernières années à cause d’une arnaque sur la vente à prix fixe de gaz naturel.

De plus, le rapport estime à 6 milliards de dollars (4,6 milliards d’euros) par an les pertes liées au vol de pétrole.

Selon la BBC, le rapport a été commandé par le ministre du Pétrole à la suite des manifestations de colère en janvier 2012 contre la levée des subventions sur les carburants et la découverte d’un scandale de plusieurs milliards de dollars à propos de ces subventions.

Malgré les énormes richesses pétrolières du Nigeria, 90% de ses citoyens vivent avec moins de 2 dollars par jour, souligne la BBC.

90% du pétrole volé a été raffiné en Europe de l’Est et à Singapour souligne Patrick Dele Cole, un homme politique de la région pétrolifère du Delta du Niger.

Le rapport révèle également le mode d’attribution des contrats jusqu’à la vente de produits raffinés, BBC Will Ross à Lagos.

Le ministre du Pétrole Diezani Alison-Madueke a refusé de commenter les détails de l’affaire.

Mais il a déclaré qu’un rapport sur le secteur du pétrole et du gaz lancé au début de l’année était dans sa phase finale et serait bientôt présenté au président.

Lu sur BBC

A lire aussi

Au Nigeria, l’enlèvement est un business d’avenir

Delta du Niger – Comment réinsérer les ex-rebelles

Quand les pirates prennent le Bénin à l’abordage