Ce qu’il faut retenir de 2012

L'Auteur

jacquesmatand


Topics

Dans quelques heures, ce sera fini avec l’année 2012 et sa psychose de la fin du monde qui n’a pas eu lieu. Cette fin d’année permet tout de même d’avoir l’espoir que 2013 sera meilleur que l’année 2012.

En République démocratique du Congo, même si les cœurs de certaines personnes ne sont pas tournés vers les fêtes de fin d’année, quelques irréductibles ne se font pas prier pour prendre d’assaut les débits de boissons, les lieux de concerts et les boîtes de nuit de la capitale Kinshasa. Il y a aussi les croyants qui vont dans différents lieux de culte pour rendre grâce à Dieu de les avoir protégés courant 2012. Il y a de quoi.

2012 a été marquée par une situation politique peu reluisante en Rd Congo. La rébellion du M23 déclenchée en mai dernier fait toujours parler d’elle. Les négociations engagées entre engagées entre le gouvernement Congolais et les mutins à Kampala sont suspendues en cette fin d’année 2012. Elles reprennent en début janvier 2013. Un fardeau que beaucoup de Congolais auraient souhaité abandonner en 2012. Cela n’est pas le cas.

La rébellion du M23 est pourtant l’épineux sujet qui va encore alimenter les débats en 2013. Dans ce registre, l’on retiendra aussi l’émotion suscitée lorsque ces rebelles du M23 ont pris le contrôle de la ville Goma, province du Nord-Kivu, en novembre dernier. A Bukavu, province du Sud-Kivu, le docteur Denis Mukwenge, l’homme qui répare les vagins de femmes victimes de viols, a échappé à une tentative d’assassinat en octobre.

Organisation de la Francophonie

En 2012, nous retenons aussi le fait que la RD Congo a relevé le défi de l’organisation du XIVe sommet de la Francophonie. Malgré les pressions pour une éventuelle délocalisation de ce sommet tenu en octobre dernier, la Rd Congo a été à la hauteur du rendez-vous. Même si François Hollande, président de la France, présent au sommet a fait comprendre à son hôte sa préférence pour Abdou Diouf, secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Au courant de l’année 2012, Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo a eu du mal à réunir les forces vives autour de lui au-delà de sa majorité présidentielle. Le clivage politique et la radicalisation de certains opposants, qui voient en lui un président mal élu ou un président qui leur a volé la victoire pour d’autres, n’ont pas rendu possible la mobilisation autour du Président Congolais.

Au fardeau du manque de légitimité qu’il traine depuis les dernières élections de 2011, Joseph Kabila a aussi souffert de son incapacité à venir à bout de la rébellion du M23. Il a été contraint de se retrouver avec eux à la table des négociations.

Justice

Sur le plan de la justice, 2012 a été marquée par le procès sur l’assassinat de Floribert Chebeya, défenseur des droits de l’homme et président de l’association La voix des sans voix. Un procès qui piétine depuis. Les parties civiles qui souhaitaient voir le général John Numbi comparaître comme prévenu n’ont pas eu gain de cause. Le procès en appel dans cette affaire est renvoyé au mois d’avril 2013.

Dans le même registre, une enquête sera lancée prochainement pour faire la lumière sur l’assassinat de Patrice Lumumba, premier Premier-ministre Congolais, en 1961. C’est plus de 50 ans après que la justice belge se déclare compétente pour lancer une enquête sur cet assassinat.

Rien qu’avec ces quelques dossiers, 2013 va certainement retenir l’attention des Congolais sur ces différents sujets. Pour l’instant, Ambiance Congo vous présente ses vœux les meilleurs pour cette année 2013.

Bonana!

Jacques Matand’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>