Joseph Kabila désigne son agresseur le Rwanda

L'Auteur

jacquesmatand


Topics

Pour la première fois, Joseph Kabila menace le Rwanda et le désigne nommément comme pays agresseur de la République démocratique du Congo. Il y a longtemps que les Congolais attendaient un tel discours du chef de l’Etat. Il a fallu attendre plus de dix ans depuis que cela dure et près de sept mois depuis le déclenchement de la rébellion du M23.

Ce n’est que samedi 15 décembre dernier que Joseph Kabila a franchi le pas, devant les députés et sénateurs Congolais.

«Une fois de plus, une guerre injuste nous est imposée. Tout a été dit sur cette guerre d’agression de la part du Rwanda», a-t-il déclaré devant les élus du peuple réunis en congrès au Parlement.

Qu’est-ce qui a bien pu se passer pour que le Chef de l’Etat Congolais pointe le doigt sur son ancien allié? Pourquoi avoir attendu tout ce temps pour faire une telle déclaration? Probablement que le soutien (présumé) du Rwanda aux rebelles du M23 est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Même si c’est la première que le Président Congolais désigne le Rwanda, d’autres rapports avant lui et des experts des Nations Unies se sont déjà exprimés là-dessus. Curieusement, le Rwanda n’est pas le seul pays cité dans la déstabilisation de l’est de la RD Congo. Il y a aussi l’Ouganda, qui abrite en ce moment les discussions entre le gouvernement Congolais et les rebelles du M23. En plus, ce même Rwanda proposait ses bons et loyaux services comme facilitateur pour résoudre la crise dans l’est du Congo.

Qu’attendre des négociations

Comment la RD Congo va-t-elle s’en sortir lorsque le pays où se tiennent les négociations avec les rebelles entretient des bonnes relations avec le pays censé être son agresseur? Pour accepter de venir à la table des négociations, la réunion décisive a été celle du 20 novembre dernier, le jour où Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, tombait entre les mains des rebelles. Ce jour là, Joseph Kabila s’envolait pour Kampala et discutait avec son agresseur désigné avec le président Ougandais.

Qu’attendre de bons de ces négociations qui tardent encore à passer à la vitesse supérieure pour traiter des questions de fond afin de venir à bout de la rébellion du M23. Visiblement, l’option militaire est prônée par Joseph Kabila qui a demandé à la jeunesse congolaise de se mobiliser pour défendre la patrie, jusqu’au sacrifice suprême.

En citant le Rwanda, Joseph Kabila a-t-il lancé un signal fort qui peut conduire à la rupture des relations diplomatiques entre ces deux pays? La question n’est pas encore à l’ordre du jour. Même pas celle de déclarer l’état de guerre alors que le Chef de l’Etat Congolais reconnait une agression d’un pays tiers.

Cette déclaration va-t-elle mettre fin à la guerre qui sévit actuellement à Goma? Pas évident. Déjà que le M23 garde la ville de Goma à portée de mains. Des informations font état de la psychose d’une éventuelle reprise de Goma par les rebelles si les négociations ne parviennent pas à satisfaire leurs attentes.

Une autre source, avance que des troupes d’une armée étrangère seraient déjà dans les environs de Goma. Information non confirmée par d’autres sources. Une chose est sûre, le durcissement du ton de Joseph Kabila marque un pas dans ses relations avec les soutiens du M23, le Rwanda.

Jacques Matand’

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

5 réactions

  1. Hikma
    Le 18 décembre 2012 à 10 h 59 min

    Bonjour à tous.
    Nous congolais épris de bonne fois nous sommes très fatigués avec les discours sans aucune actions de la part de notre gouvernement. Ce que nous demandons à notre gouvernement c’est de passer à la vitesse supérieure c’est-à-dire nous voulons une réponse militaire exemplaire aux agresseurs de notre cher pays. Que le gouvernement fasse tout pour transporter cette ignoble guerre de là ou elle nous a été imposée comme cela eux aussi ils vont sentir combien les congolais soufrent à cause de cette ignoble guerre et à mon avis ce sera la fin durable et honereuse des hostilités de cette guerre injustement imposée aux paisible congolais.

  2. Claude MULLER
    Le 18 décembre 2012 à 12 h 25 min

    Le vrai responsable du problème congolais n’est nullement le Rwanda, remarquablement gouverné. Le responsable est l’obstination des hauts-fonctionnaires et généraux congolais, Kabila en tête à saborder l’Etat dans leur pays. Fisc, Justice, Douane, Police véritables les empêcheraient d’exercer leurs trafics juteux avec le monde entier (dont le Rwanda). Que l’Etat congolais surgisse, c’en serait fini. Faire vibrer le racisme anti-rwandais (notamment anti-tutsi) des Congolais est juste ignoblement cynique.

  3. Yovo Yovo
    Le 18 décembre 2012 à 16 h 26 min

    Tant que Kabila sera aux commandes de la RDC, il n’y aura aucun respect de la part de nos voisins.

    Comme le dit un lecteur, tant qu’il n’y aura pas d’ordre en RDC – et tout le monde sait depuis les années 80 que certains groupes ne voient pas d’intérêt a créer et maintenir un semblant d’ordre tant cela profite à leur grosses affaires – aucune solution ne sera durable, y compris avec les Rwandais. Finalement, la RDC commence a ressembler trop fort au Nigeria des années 1990 et 2000.

  4. Le 18 décembre 2012 à 22 h 05 min

    Connaitre l’histoire de son pays est une sagesse et une force. Avant de parler, il faut connaitre l’histoire de son Pays. qui était bisengimana le chef du cabinet du président Mobutu,? qui était sekimonyo ou nadaka,ou manadja etec?

    Avant Kabila, les rwandais était déjà en rdc. Le professeeur kamana est un rwandais, Vital Kamerhe est un rwandais, Bisengimana fils est un rwandais. Ces gens ont travaillé avec Mobutu.Donc, en venant, bien sûr avec des militaires rwandais, ougandais, Bururndais , le congo était déjà occupé. Mobutu payait déjà d’indéminité au rwanda.Etienne Tshisekedji sait tout ça. Dans la guerre actuelle, Tshisekedji y est pour beaucoup.Il l’avait promis à Kindu et à Kisangani. Avant la campagne, Tshisekedji et Kagame sont arrivés le même jour en Europe. Tshisekedji est décendu à Bruxelles et Kagame à Paris.Ils se sont rencontés sous la responsabilité de L’union Européenne. Ils ont conclu la balkanisation du pays pourvu que Tshisekedji soit président. Aujourd’hui, Tshisekedji est répresenté par Roger Lumbala , pendant que son ami Vital kamerhé est répresenté par Mbussa Nyamwishi.Donc, M23, Tshisekedji et Vital Kamerhe, même Combat: la balkanisation du Congo.
    Que nos frères Kasaïens comme moi, refléchissent correctement. Les autres congolais , nous regardent.Au Katanga, il y a Moïse Katumbi et son frère Katebe, eux qui ont financé ce même Mouvement sous Kunda Batware. C’est mieux de réflechir avant d’agir.
    A chacun son déomn. C’est ça le congo.

  5. Gueuledange
    Le 19 décembre 2012 à 9 h 06 min

    A Claude Muller. Le Congo est mal géré, ses dirigeants sont pour la plupart corrompus, ce n’est pas nouveau. Mais pourquoi cette situation de guerre seulement avec le Rwanda sur les 9 voisins que compte la RDC? La réponse est que Kagamé profite des problèmes du Congo pour maintenir une mainmise sur l’Est du Congo, peut-être au départ pour des raisons de sécurité, mais ensuite il y a pris gout, vu les avantages financiers qu’il tire des trafic maffieux. Il utilise la communauté congolaise d’origine rwandaise pour contrôler le Kivu en les imposant à des postes de responsabilité à travers les cycles de guerres et négociations. ça crée forcément beaucoup de frustrations dans la population locale qui elle les connait bien. Pour votre information Claude, le Congo ne compte pas 2 ethnies comme au Rwanda, mais bien plus de 300. L’ingérence rwandaise complique l’équation de l’intégration de la communauté d’origine rwandaise car il y a doute sur leur loyalité à la nation congolaise.
    Pour finir, Kagamé gouverne remarquablement bien comme vous dites, mais il n’a pas encore pu résoudre les contradictions de son pays, car son régime n’est ni démocratique, ni respectueux des libertés fondamentales. En attisant le feu au Congo, il risque bien d’embraser son propre pays. Faut-il vous rappeler que les guerres incessantes que connait le Kivu ont comme origine le génocide rwandais de 1994?