L’armée congolaise spécialisée dans le repli

L'Auteur

jacquesmatand


Topics

 

Elles n’auront pas eu le temps de s’organiser ou de se réorganiser. Les Fardc (Forces armées de la République démocratique du Congo), l’armée loyaliste, n’ont même pas encore pris le temps pour comprendre leur déroute de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, tombée ce 20 novembre entre les mains des rebelles du M23. Déjà, Sake, ville à 27 Km de Goma où ils s’étaient repliés, est prise par des rebelles du M23.

Comme toujours, les villes tombent les unes après les autres. Et l’armée congolaise se replie à chaque fois. Cette tactique est devenu leur spécialité depuis qu’ils affrontent les rebelles du M23.

A Goma, où les rebelles de l’ARC(Armée révolutionnaire du Congo),ex M23, sont arrivés hier, la vie a repris son rythme normal dans certains quartiers, timidement dans d’autres. La chute de Goma reste encore présente dans les esprits. Pourtant, les autorités congolaises rassuraient qu’elle ne devait pas tomber entre les mains des rebelles. Malgré ses paroles rassurantes, la population locale savait que l’armée congolaise n’était pas aussi résistante. Il suffisait de voir comment les Fardc perdent les territoires entre ses mains.

« Les localités que les Fardc gagnent sont presque aussitôt perdues. Lorsque la population de Goma réalise que le M 23 a repris tout d’un coup Bunagana, Kiwanja, Rutshuru et Rugari, cela fait peur, se plaint Maître Omar Kavota, vice-président et porte-parole de la société civile du Nord-Kivu. C’est inquiétant de voir que les Fardc perdent du terrain alors que le M 23 et ses alliés ont l’avantage d’avoir récupéré plusieurs localités du territoire de Rutshuru ».

Et Goma tomba!

Brassage et mixage, mélange espion

Maintenant que Goma est entre les mains du M23 et Sake qui vient de tomber, c’est presqu’une promenade de santé pour les rebelles qui connaissent cette armée congolaise qu’ils ont intégré grâce aux accords du 23 mars 2009. Par ces accords, différentes opérations de mixage et brassage ont permis d’intégrer, massivement, dans l’armée congolaise les anciens rebelles du CNDP (Congrès national pour la défense du peuple) de Laurent Nkunda puis Bosco Ntaganda. Cela pourrait expliquer l’aisance avec laquelle les rebelles gagnent du terrain. Ils connaissent la maison. Ces rebelles disent qu’ils ont fait parti de l’armée congolaise, ils la connaissent de l’intérieur, ses failles et faiblesses.

L’armée congolaise tend à passer maître dans l’art du repli stratégique. En fait, elle ne perd pas du terrain. Mais, à chaque fois que les rebelles prennent une ville ou un territoire, les Fardc disent replier pour éviter des pertes en hommes dans leurs rangs, soit pour protéger le matériel militaire.

Le porte-parole du M23 en Europe, le colonel Jean-Paul Epenge, ancien artiste comédien à Kinshasa, a rappelé que tout leur armement vient des Fardc, alors que d’autres sources parlent d’un soutien manifeste du Rwanda.

«A chaque fois qu’ils prennent la fuite, parfois, ils n’ont pas le temps d’emporter avec eux tout le matériel», a-t-il expliqué.

Probablement que cette armée n’a pas le coeur au combat.

Colère des femmes de militaires

Mais, comment fait-on pour avoir une armée loyaliste avec des fuyards? Face à cette attitude de repli de l’armée congolaise que certains qualifient de « Far décès » au lieu de FARDC, les femmes de militaires ont manifesté le samedi 17 novembre à Goma, pour comprendre ce qui se passait dans l’armée nationale. Comment leurs maris mouraient au front? Lorsqu’ils voulaient lancer une offensive contre les rebelles, des ordres de repli leur étaient donnés.

Comme si ces femmes sentaient que quelques jours après, leurs maris militaires loyalistes, allaient encore une fois replier vers Sake, laissant la ville de Goma à la merci des rebelles du M23.

Armée de repli infiltrée

Dans cet élan de victoire, les rebelles peuvent rêver de poursuivre leur aventure jusqu’à Kinshasa et faire partir le président Joseph Kabila, comme l’a expliqué le porte-parole du M23 en Europe.

Des questions tout de même. Comment expliquer qu’une armée de plusieurs milliers d’hommes soit incapable de faire face à une rébellion d’une poignée d’hommes? Comment comprendre que pendant toutes ces années, les autorités congolaises ne soient pas parvenues à mettre sur pied une armée digne de ce nom?

Les rebelles disent que l’armée congolaise est indisciplinée, mal organisée et sous-équipée, etc. En plus, elle est infiltrée et a des traîtres en son sein. En terme clair, ils bénéficient des complicités en interne.

Jean-Paul Epenge, porte-parole du M23 en Europe, affirme que le président Joseph Kabila a montré ses limites et son incapacité à diriger ce pays.

Une incapacité aussi à organiser ou réorganiser l’armée nationale?Certainement. A voir les résultats de ses vaillants soldats sur le terrain, l’on risque de lui donner raison. Hélas!

Jacques Matand’

A lire aussi:

Où va la RDC?

RDC: les Congolais traumatisés par la prise de Goma

RDC: les mystères du M23

Les Congolais sont à plaindre, mais pas Kabila

La RDC, un pays rogné par ses voisins

Pourquoi le Rwanda ne veut pas lâcher l’est de la RDC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

6 réactions

  1. André Soungola
    Le 21 novembre 2012 à 17 h 03 min

    Nous avons de drôles d’armées en Afrique. Une armée maliene qui se fait prendre le nord du Mali après un coup d’état. à ce jour cette armée repliée à Bamako autour du capitaine attend la communauté internationale. La RDC ou les soldats fuient un groupe de gangsters dont on dit composé d’enfants soldats. Alors les généraux on fait quoi?

  2. Le 21 novembre 2012 à 22 h 48 min

    C’est scandaleux,ce qui se passe dans certains pays Africains.Des armées nationales qui plient l’échine devant un groupuscule d’aventuriers abandonnant armes et bagages.Tout cela est la résultante de la mauvaise gouvernance.Des recrutements de complaisance dans l’armée,des officiers inconscients,corrompus et insouciants n’ayant aucune notion de patriotisme.Des dirigeants sans scrupules qui ne pensent qu’à leurs poches.L’armée malienne qui se repile,l’armée congolaise qui se replie abandonnant les pauvres populations à leur triste sort.PAUVRE AFRIQUE!!!

  3. suns25
    Le 22 novembre 2012 à 1 h 14 min

    Pire armée au monde? je ne sais pas, mais une armée faible, ça j’en suis certain. Le Grand Congo doit prendre son destin en main, il y a eu trop de morts et de souffrances dans ce pays! et il faudrait aussi que les Anglo Saxons (USA and UK) arrêtent de soutenir militairement le Rwanda de Paul Kagamé qui par de suite arme les rebelles du M 23!

    Car trop c’est trop, ça suffit comme ça!

  4. Saryteny
    Le 22 novembre 2012 à 5 h 51 min

    C’est certain que la politique coloniale Française est dans la trappe,à voir ce qui se passe pour le leadership de l’UMP ,on a l’impression de vivre le maitre qui maintenant imite son singe (la planete des singes) .
    A Madagascar comme en Afrique ex-coloniale on a plus tendance à massacrer et opprimer que defendre son peuple et son pays (massacre dans le sud de Mada en ce moment) .
    Pour reprendre la question des generaux dans le commentaire precedent je dirai : on tue et on s’engraisse .

  5. Clara
    Le 22 novembre 2012 à 22 h 37 min

    C’est le reflet du commandant suprême et sont plus dangereux que les rebelles.

  6. Le 23 novembre 2012 à 5 h 25 min

    Une armée ou l’on trouve même pas le bout de pain au quotidien’ pourrait donner quel résultat?