Les Koras cassent leurs cordes à Abidjan

L'Auteur

Ghislaine Atta


Topics

Une vue du stade l'après-midi (photo: Adolph Tomasino)

Abidjan accueille depuis le 29 décembre la 12ème édition des Kora Awards, l’un des évènements musicaux les plus en vue en Afrique. Annoncé en grandes pompes, l’équivalent africain des Grammy Awards est en passe de devenir le plus grand flop jamais vécu de mémoire de Kora Awards.

Interrompu pendant plusieurs années pour des raisons financières, les Kora Awards  avaient recommencé à se tenir il y a deux ans, avec l’édition de Ouagadougou au Burkina Faso.

Deux activités phares ont été annoncées pour l’édition d’Abidjan, à savoir un concert géant au stade Félix Houphouët-Boigny (le plus grand du pays, environ 65000 places) et le grand gala de distinction à l’Hotel Ivoire d’Abidjan.

Pourtant, samedi, retentit la première fausse note. Quelques heures, en effet, avant le début des festivités, un communiqué du comité d’organisation annonce que:

« La cérémonie des Kora Awards, le plus grand rendez-vous musical africain, qui devait se tenir samedi soir à Abidjan, aura finalement lieu dimanche et verra bien la participation du chanteur américain Chris Brown ».

Problèmes d’avion de la star invitée, retards dans l’acheminement du matériel, autant de justificatifs évoqués pour reporter la fête. Soit. Ce n’est que partie remise.

Ce dimanche, alors que l’on s’attend à un stade plein à craquer, ce sont, Ô surprise (?), des gradins vides qui s’offrent aux rares participants de l’évènement qui assistent aux échos de leurs propres voix, pendant tout l’après-midi.  »L’esplanade de l’hotel ivoire est, apparemment entrain de subir le même sort que le Felicia (surnom du stade félix Houphouët-Boigny) » annonce un témoin en début de soirée.

Un journaliste ivoirien présent à la soirée, déclare également sur son mur Facebook que « Même la salle est vide »…

Les organisateurs avaient, pourtant, annoncé que ces deux rendez-vous devaient se tenir pratiquement à guichets fermés. Et ce, malgré le fait que le précieux sésame donnant accès aux deux sites ne soit à la portée d’aucun ivoirien moyen:

 » Les prix des billets varient entre 15.000 FCFA (environ 22 euro) et 200.000 FCFA (environ 300 euro) pour le concert au stade. Ceux de la soirée de distinction oscillent, pour leur part entre 50.000 FCFA (environ 76 euro) et 1000.000 FCFA (environ 1500 euro) », pouvait-on lire ou entendre dans la publicité.

Car l’étape d’Abidjan se voulait plus féérique, plus glamour, plus select…

Une vue de la salle clairsemée (prise écran TV, photo: J. Roger)

 

Résultat des courses?

 

Ghislaine ATTA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

2 réactions

  1. koffi koffi
    Le 1 janvier 2013 à 15 h 48 min

    Je vous souhaite d’abord une bonne et heureuse année 2013.
    Je voudrais dire merci au visionnaire Pdt du RAPEC John Dossavi
    qui nous avait alerter que Adjovi est un amateur et escrocs en 2010 sur RFI dans couleurs tropicales.
    Mr Dossavi nous suivons avec fierté votre combat avec le réseau africain des promoteurs et entrepreneurs culturels(RAPEC)

  2. Armel MINKA
    Le 14 mars 2013 à 9 h 19 min

    En quoi Adjovi serait il escroc? nous avons vu les Koras se tenir avec beaucoup de succès dans d’autres pays. Ce type d’évènement devrait être comme la CAN ou les Etats s’impliquent. C’est pas la faute à M Adjovi si les annonceurs et sponsors ne suivent pas beaucoup le rythme. Et puis, Il faut se dire que c’est la première fois en 12 éditions que les Koras connaissent un tel échec. Je pense qu’il faut chercher le mal plus sur la terre d’acceuil que sur la personne d’Adjovi.